Les dernières découvertes de la science sur le fonctionnement du cerveau dépressif

La science vous montre que c’est votre cerveau qui fait fausse route !

Avec les progrès de la médecine, il est désormais possible de suivre  l’activité cérébrale de quelqu’un en direct. Pour cela, il faut mesurer la circulation électrique et sanguine du cerveau en posant plusieurs électrodes sur le cuir chevelu du patient. Cette technique s’appelle l’imagerie cérébrale.

En pratiquant cet examen sur des patients anxieux, les médecins ont constaté les choses suivantes : en soumettant les sujets anxieux à des événements angoissants la circulation le système limbique devient hyper actif mais la circulation des informations vers le cortex préfrontal est très faible, presque absente ce qui n’est pas normal du tout. En pratiquant exactement la même expérience sur des sujets sains et en les soumettant aux mêmes événements angoissants, les médecins ont constaté que la circulation de l’information restait équilibrée entre le système limbique et le cortex préfrontal.

Voici l’explication

Pour simplifier, une personne anxieuse et dépressive reste bloquée entre ses sentiments et ce qui est enfoui dans sa mémoire (situé dans le système limbique). Elle reste bloquée car elle ne parvient plus à analyser ce qu’il se passe vraiment (le siège de l’analyse et de la réflexion se situe dans le cortex préfrontal). La personne normale (ni anxieuse, ni dépressive) utilise sa capacité d’analyse et de réflexion pour relativiser l’événement angoissant et sort rapidement de l’état de choc ou de stress.

oui-je-veux-sauver-mon-couple