Comment agit la sophrologie sur la dépression ?

depression-sophrologie-2L’intérêt de la sophrologie est de conjuguer des techniques de relaxation et de thérapie psychique. Pour traiter une dépression, une sophrologie de relaxation seule ne suffit pas et il est nécessaire de la compléter par une psychothérapie psychique. Beaucoup de sophrologues sont également thérapeutes et pratiquent ce que l’on appelle une sophro-analyse. Il faudra donc vous assurer que le sophrologue que vous voyez est également thérapeute. Tous ne le sont pas.

La problématique de nombreux déprimés est d’avoir une mauvaise estime de soi, un manque de confiance, une fatigue physique et psychique, des troubles du sommeil, des angoisses, des ruminations, des peurs, des projections, de se sentir inhibé et inapte à faire quoi que ce soit…

Par ses méthodes de relaxation, de visualisation et d’hypnose, la sophrologie peut apaiser et diminuer la manifestation de chacun de ces symptômes.

La séance commence par un dialogue entre le patient et le sophrologue. Celui-ci se doit de connaître et de cerner le malaise de la personne afin de mieux cibler la séance. Il se doit également d’établir une relation de confiance — la clé de la guérison. La confiance est vitale pour que la personne se laisse aller. Sinon, elle ne sera pas capable de se reposer. Les sophrologies insistent sur ce point : le patient doit se sentir bien, en confiance et accueilli. Il est là dans une relation d’aide et non de jugement.

La fatigue, la respiration et la conscience de la respiration permettent au patient de se reposer tant physiquement que psychiquement. La personne est en condition pour accepter de reposer son corps. Ceci n’arrive pas forcément à la première séance où le patient peut avoir des réticences.

Chaque séance va être progressive et adaptée aux besoins du patient. Avec le relâchement corporel, on amène la personne à se relâcher mentalement pour évacuer les tensions.

Dès que la personne arrive à se relâcher mentalement, peut alors commencer le travail de visualisation qui consiste à imaginer ses peurs, ses angoisses, ses ruminations… à les  » mettre dans des petits paquets  » et imaginer qu’on les jette. Puis, la patient est amené à imaginer ce qu’il aimerait, comment il voudrait que les choses se passent, dans quel état il aimerait se voir. Il imagine son visage détendu, souriant, ou repense à des moments où il était heureux et voit son visage à ce moment là…

C’est pendant cette phase que le dépressif peut trouver et ressentir – même s’il ne s’agit que de quelques secondes un état de bien-être. Ce qui lui redonne conscience de la possibilité qu’il a d’être mieux. Cet apaisement là peut redonner espoir. Or, les dépressifs n’ont plus de notion d’espoir, ils n’arrivent même plus à se rappeler qu’ils ont été bien. Si la personne peut se relâcher c’est qu’il y a une ouverture possible : cela génère la possibilité d’un avenir différent et remet en place la possibilité de changement.

La sophrologie peut-elle s’adresser à tous les types de dépression ?

Des sophrologues attestent que des dépressifs, suite à des tentatives de suicide, se sont sortis de la dépression grâce à la sophrologie. Le travail va être plus long et difficile mais c’est possible. Ce qui importe est la disponibilité que le sophrologue va donner au patient et la possibilité de se reconstruire. Les personnes qui ont par exemple subi une période de harcèlement moral, vivent dans la confusion, ne savent plus qui elles sont, ce qu’elles font, ce qu’elles désirent… La sophrologie va les accompagner sur le chemin de la réappropriation. Reconstruire, aider la personne à retrouver ses repères, lui redonner confiance dans ce qu’elle est, ce qu’elle ressent, ce qu’elle pense, ce qu’elle est de nouveau capable d’élaborer : tel est le but de la sophrologie. La dépression ne traduit pas un manque de ressources mais une incapacité à les voir et à les mettre en oeuvre. La sophrologie va aider le dépressif à mettre en oeuvre ses ressources : l’aider à se remémorer des moments de sa vie où il a été bien, a eu confiance en lui, a su prendre des décisions… Bref, lui montrer que ces ressources sont là et qu’il les a toujours — bien qu’il ne les voient pas et soit persuadé du contraire !

Or toutes les personnes dépressives ont la possibilité de réactiver cette compétence.

La sophrologie peut-elle prévenir la dépression ?

Oui. La sophrologie étant une excellente arme contre le stress et tout type de tensions mentales, elle s’avère particulièrement efficace pour les personnalités fragiles, émotives et stressées. La sophrologie peut les aider à canaliser leur sensibilité. La sophrologie ne change pas la situation extérieure mais modifie la manière de l’appréhender, de voir les choses et de les vivre.

oui-je-veux-sauver-mon-couple