Dépression et tristesse

Dans la vie quotidienne, la tristesse est un sentiment que nous pouvons avoir à tout moment. Nous avons le blues ou le cafard, venons d’apprendre une nouvelle qui nous a affecté. Cela est une tristesse  » normale « . Dans la dépression, la tristesse est autre. Toute personne qui a vécu une dépression témoigne que cette tristesse est un  » cancer de la tête « , qu’elle possède un caractère très douloureux, incompréhensible et de plus en plus envahissant chaque jour. Elle est souvent accompagnée de pleurs sans motif. Une personne déprimée est d’une vulnérabilité extrême. Elle se sent inutile, bonne à rien. Elle se sent persécutée intérieurement et extérieurement. Les larmes ne sont jamais loin et peuvent couler à la moindre futilité. Vous n’arrivez pas à replier votre canapé lit ou vous renversez du café le matin et c’est la crise de larmes. Vous vous dites que même ça, vous n’êtes plus capable de le faire. C’est le cycle infernal de la dévalorisation de soi. La tristesse dépressive se manifeste par une sensation profonde de désarroi. Vous vous noyez dans votre chagrin que vous alimentez d’idées noires et obsessionnelles et c’est ainsi à l’extrême que les idées de mort commencent à surgir : l’unique façon de supprimer la douleur est de se supprimer.

Beaucoup de dépressifs tentent de se suicider mais sans volonté réelle de mourir. En effet, il s’agit dans la plupart des cas (sauf en cas de maladie bipolaire), d’un appel au secours, d’une détresse que vous n’arrivez plus à surmonter. Dès que la moindre pensée de ce genre vous traverse l’esprit, faites vous aider, parlez-en à votre médecin et n’hésitez pas à prendre des anti-dépresseurs, surtout si ces idées de suicide persistent et que vous y pensez régulièrement.

 

oui-je-veux-sauver-mon-couple