Dépression nerveuse rime-t-elle avec pessimisme ?

Voir le verre à moitié vide est typique du dépressif. Son obstination à ne voir que l’aspect négatif est hélas au coeur de sa problématique. Quelle que soit la situation vécue par la personne déprimée, c’est toujours l’angle le plus péjoratif qui sera retenu et interprété comme étant la réalité de la situation. Les déprimés considèrent que cette perception triste du monde est la seule réelle, que ce qu’ils éprouvaient auparavant n’était qu’illusoire. Seulement — et ne l’oublions pas — le dépressif ne se morfond pas pour le plaisir de se morfondre. S’il pouvait aller mieux, il le ferait. Il ne demande que ça mais il en est incapable. Le pessimisme qui le caractérise est aussi un moyen d’appeler au secours et d’attirer l’attention sur lui. Impliquer les autres dans son propre chagrin est une façon de se décharger. La difficulté pour l’entourage est d’écouter les complaintes de la per­sonne, sans avoir le réflexe de lui dire  » Mais non, tu exa­gères toujours tout ! Tu as tort ! « . Si telles sont les réactions instinctives que nous aurions au vu d’une personne dépri­mée qui effectivement exagère et se trompe, le lui faire remarquer est la dernière des choses à faire. Si vous voulez lui apporter une aide efficace (la première étant de la conduire chez un médecin si cela n’est pas encore fait !), demandez lui plutôt pourquoi elle voit et interprète les choses de cette manière là. Faites la parler et écoutez la. Ne jugez pas ses propos qui sont la traduction d’une auto-indignation et d’une mésestime de soi.

oui-je-veux-sauver-mon-couple