La dépression est-elle héréditaire ?

depression-hereditaireDire que vous êtes dépressif parce que vos parents le sont est un jugement erroné et hâtif mais non dénué de vérité. D’après les recherches scientifiques, les enfants dont les parents souffrent de dépression ont plus de risques de développer le même type de problème que leurs parents dès leur enfance. Les cas de dépression chez les adolescents ou les jeunes enfants sont plus fréquents lorsque les parents ont été (ou sont) eux-mêmes dépressifs. De plus, la survenue de ces troubles, dès un très jeune âge, semble associée à la réapparition ou à la continuité de la maladie à l’âge adulte.

Soyons prudents avec ces hypothèses car si cette  » hérédité  » des troubles psychiques était réellement confirmée, elle permettrait non seulement de mieux traiter les adultes
mais surtout, de repérer les enfants à risques. Ce n’est pas parce que nos parents ont été dépressifs que nous le sommes ou allons l’être. Nous avons en revanche un terrain génétique plutôt enclin à générer de la dépression. La dépression peut ne jamais se déclencher. Ces hypothèses sont un constat mais n’ont jamais été démontrées scientifiquement.

Pour mener leurs recherches sur le caractère héréditaire de la dépression, les scientifiques ont la plupart du temps étudié les réactions de quatre groupes d’enfants :

– ceux dont les parents souffrent de dépression et de crises de panique,
– ceux dont les parents souffrent uniquement de crises de panique,
– ceux dont les parents souffrent uniquement de dépression,
– ceux dont les parents ne souffrent d’aucun des deux troubles.

Il en est ressorti l’analyse suivante :

– les crises de panique à l’âge adulte (chez les parents) sont corrélées avec ce même type de problèmes chez l’enfant,
– les dépressions majeures des parents semblent entraîner chez leurs enfants des risques élevés de phobies sociales, de troubles majeurs du comportement et de la sociabilité, ainsi que le développement de dépression. Ces enfants auraient neuf fois plus de risques d’être confrontés à des dépressions majeures que ceux dont les parents ne présentent aucun trouble,
– si les parents cumulent dépression e crises de panique, les enfants seraient plus susceptibles de développer des crises d’anxiété de ce type.

Quel que soit le degré d’influence du caractère héréditaire comme facteur déclenchant de la dépression, nous ne devons pas oublier qu’un seul facteur ne suffit pas à provoquer la maladie. Si l’hérédité de ce trouble semble se confirmer, il ne peut à lui seul expliquer une dépression. Les facteurs personnels et environnementaux sont tout aussi importants et décisifs.

oui-je-veux-sauver-mon-couple