La fatigue et la dépression

Le premier signe qui doit alerter est une immense fatigue physique dont la caractéristique est de ne pas arriver à récupérer. Que l’on dorme trop ou pas assez, le repos ne peut pas l’atténuer et nous sommes sans cesse épuisés. Nous subissons une perte d’énergie qui retentit sur toutes nos activités. Cette fatigue est un symptôme de dépression et non la conséquence d’un effort particulier. Le sommeil est troublé, nous avons des difficultés à nous endormir et avons des insomnies. Celles du petit matin (entre 3 et 5 heures) sont symptomatiques, pénibles et angoissantes. Le sommeil est rarement profond et réparateur. Se réveiller fatigué tous les matins est un signal d’alerte à ne pas négliger. Le dépressif peut également avoir l’envie de dormir en permanence, tant physiquement en raison de sa fatigue, que psychiquement car le sommeil est pour lui un refuge. Mais il n’y arrive pas forcément et la non-récupération de la fatigue physique accroît sa fatigue nerveuse.

Dans ce cas, la prise de somnifères va certes favoriser l’endormissement et la continuité du sommeil, mais s’il s’agit d’un début de dépression, cela ne va faire que masquer le problème et retarder le traitement de la maladie.

oui-je-veux-sauver-mon-couple