Trois règles pour aider efficacement une personne déprimée

depression-aiderRappelons le : une personne dépressive perd confiance en elle, se dévalorise et se culpabilise. Elle est persuadée qu’elle ne verra jamais le bout du tunnel, et sa vision négative sur tout vaut également pour l’aide que prodigue l’entourage.

1. Éviter de culpabiliser la personne déprimée

Vous devez abolir toute leçon de morale telle que  » Tu t’écoutes trop. Tu répètes toujours la même chose ! Tu ne vois pas du tout les choses telles qu’elles sont ! Tu vois tout en noir ! « . Ces affirmations ont un effet dévastateur sur le déprimé et accentuent sa culpabilité. Si vous adoptez un tel discours, le déprimé perd confiance en vous et se referme davantage sur lui.

Ne l’incitez pas non plus à se ressaisir car il en est incapable sans aide.  » Avec un peu de volonté, tu vas t’en sortir  » est le genre de phrase type qui fait encore plus prendre conscience au déprimé de ses faiblesses. Quand il vous parle de sa vision des choses, n’évoquez pas la logique ou le manque de lucidité dont il témoigne. N’oubliez pas que la dépression est une maladie. Le déprimé en est la victime et non l’acteur.

2. Prendre la souffrance au sérieux

Vous ne devez pas banaliser la souffrance de la personne déprimée. Ne lui dites pas  » Ce n’est pas grave, tu iras mieux dans quelque jours « . Le dépressif a besoin que l’on prenne ses souffrances au sérieux. Votre présence doit être rassurante. Sans glisser avec lui dans la dépression, accompagnez-le sans le heurter. Vous devez lui faire comprendre qu’il n’est pas responsable de son état et que vous le savez. Votre rôle est de l’amener à prendre conscience qu’il est possible de s’en sortir à condition de se faire aider.

3. Être positif

Les personnes dépressives ont tendance à voir tout en noir. Elles ont une vison négative d’elles-mêmes, du monde et de l’avenir. Vous pouvez les aider en leur montrant le côté positif de chaque chose qu’elles ne voient pas en les rassurant sur leurs potentialités personnelles.

Le secret — ô combien difficile — d’un soutien efficace est de trouver un juste milieu entre dire à la personne qu’elle ne va pas bien et ne pas lui donner l’impression que c’est tragique, ne pas banaliser, ni dramatiser. Prendre au sérieux mais sans culpabiliser.

oui-je-veux-sauver-mon-couple